Crude nuclear weapons : pas cher..

Jun 30, 07 Crude nuclear weapons : pas cher..

(écrit fin 2004, mis à jour 2010)

Comment construire son engin nucléaire? Avec un étudiant de 19 ans, du temps et de la volonté..C’est possible, retour sur un mythe: Sadam pouvait construire un engin nucléaire en 2001. Le troll avait été instrumentalisé par la la CIA et CNN avait servi de caisse de résonance.

2 nov 2000 : L’irak a de quoi faire un crude device, d’après CNN et un physicien irakien en fuite. Personne ne vérifiera les infos, qui s’avèrent fausses, mais CNN diffuse le troll “I would say (a bomb of) a few kilotons can be done in Iraq now,”

Et oui, elle pourrait être aussi faite ailleurs, tout ca n’était qu’une question de sémantique. D’ailleurs si on demandait à Google ? [1] prenons en le pari, cette bombe aurait été le résultat d’une collaboration internationale. La Suisse, la France, l’Italie auraient collaboré à ce programme de recherche… On se demande pourquoi nous n’avons pas été “corrigés” à coup de F16 et de missiles de croisières dans le passé ? D’ailleurs tout cela a été démenti par les faits : on a rien trouvé, rien de rien. les fouineurs de la CIA venus avec les GI’s sont rentrés bredouilles chez eux.

De plus, un physicien irakien a démenti toutes ces rumeurs : Le programme de recherche irakien a été stoppé en 1991. Cela avait déjà été fait en 2003 , par Imad Khadduri, un physicien Irakien émigré depuis 1998.

De plus, d’après ce même chercheurs et d’autres physiciens US , le programme irakien était dans un cul de sac dès 1988. Les technologies choisies pour enrichir l’Uranium n’étaient pas très… discrètes. According to the “American experts” themselves, such a process would need kilometers of strung-out, highly-tuned, delicately controlled spinners to fulfill their ill-wish for Iraq. Not to be noticed by their satellite.

Pendant ce temps, la corée du Nord elle , a réussi .

Toujours est-il, et cela personne n’y fait trop attention, que les technologies existent et sont dans le domaine public. Ce n’est qu’une question de moyens financiers et de volonté politique. Pire encore, il est parfaitement possible de concevoir un nuclear device qui ne sera pas trop “fiable”, mais quand même une belle saloperie.

On appelle cela un “crude nuclear weapon“: un truc pas trop précis, techniquement pas trop éloignés des premiers engins de 1945 et beaucoup plus des engins actuels parfois 10 ou 20 fois plus petits pour une puissance bien supérieure.

no experience required

David Lilienthal, the chairman of the Atomic Energy Commission, had argued as far back as 1948 (in the Bulletin) that the idea of a ?secret formula? was ?nothing less than a gigantic hoax upon the people of this country.? But many still believed that if only the ?secret? could be guarded [2], proliferation might be prevented. (source)

Le rapport de l’expérience NTH des années 60 ( .PDF , 15 pages, dé-classifié partiellement), dont la conclusion parle d’elle même. Un des auteurs n’avait que 19 ans à l’époque… et ils n’utilisèrent que des informations et données présentes dans le domaine public (bibliothèques universitaires). Par exemple, en se basant sur les ouvrages des bibliothèques universitaires ou de leurs cours dans divers domaines.

Nul ne sait si leur engin nucléaire fut testé en 1967. Mais cependant, des indices laissent penser que oui… Dites vous bien qu’a l’époque , le plus puissant de ordinateurs était comparable à une calculette 4 opérations… à coté  des Quad-Core en tout genre qu’on trouve à 500 euros désormais. Toujours est-il que dès 1962, les américains testèrent des devices utilisant du plutonium issu de réacteurs civils. Cela jète donc un doute sur les risques et le discours “prudent” des industriels et militaires.

For clandestine bomb makers, the high percentage of plutonium 240 in reactor plutonium would pose a radiation risk, require more fuel, and lower the yield of a weapon, but terrorists would likely find those conditions acceptable. Any group sophisticated enough to fabricate a bomb from weapons-grade plutonium could handle reactor plutonium as well, according to Carson Mark, who headed the theoretical division at Los Alamos from 1947 to 1972. By one estimate, the yield of an implosion bomb made from reactor grade plutonium would be ?one to a few kilotons, and more using an advanced design.Even if the bomb fizzled, its yield could still devastate the center of a city.

Il est même possible de faire sa bombinette à retardement avec de l’oxyde d’uranium ou de plutonium dans un coin et d’attendre .

In fact, a group of well-known Los Alamos weapon designers concluded that oxide powder of either type would seem to be the simplest and most rapid way to make a bomb. It has even been suggested that terrorists could simply pour oxide into a container until it began producing neutrons. That level would be, de facto, almost a critical mass, and thus the amount required for a bomb. The potential yield could be tens to hundreds of kilotons

Ce document rédigé par Gururaj Mutalik et al., “Crude Nuclear Weapons : Proliferation and the Terrorist Threat, International Physicians for the Prevention of Nuclear War,” 1996, est disponible ici même au format PDF: crudenukes Sa lecture à la portée de toute personne ayant fait un peu de physique, laisse de glace.

On pourra aussi s’informer du programme nucléaire de l’Afrique du Sud sous embargo du temps de l’apartheid. Lors de son démantèlement en 1994, ce pays avait 6 engins nucléaires fonctionnels. C’est la photo qui illustre ce billet.

[1] tout aussi fiable que CNN ?

[2] au vu des ratés du LBL qui perd ses disques dur.. c’est réussi

[3] 9. Committee on International Security and Arms Control, National Academy of Sciences, Management and Disposition of Excess Weapons Plutonium (Washington, D.C. : National Academy Press, 1994).

Ca fait peur ..

Comments

comments

Powered by Facebook Comments

1 Comment

  1. Oui ça fait plutôt peur !
    L’heure serait-elle aux bombes sales ?

Trackbacks/Pingbacks

  1. Irène Delse » Sarko le nucléaire - [...] raisons qui peuvent pousser un pays pétrolier à acquérir du nucléaire. Sans parler de diverses arrières pensées militaires, toujours…